Jump to content

[Ancien Manager] Brendan Rodgers


toinou LFC
 Share

Satisfait de sa nomination ?  

205 members have voted

You do not have permission to vote in this poll, or see the poll results. Please sign in or register to vote in this poll.

Recommended Posts

il a quelque chose à dire, des convictions à défendre et aussi un certain sens du style. Quelques citations vouées à devenir célèbre, tel un Shankly des temps nouveaux parlant à des Kopites plein d'espoir

C'est pas faux. A la différence de Shanks, qui regardait l'estuaire de la Clyde par l'Est (Ayrshire), Rodgers le regarde depuis l'Ouest (Antrim), mais il semble bien que l'air local fasse pousser les mêmes caractères...

Link to comment
Share on other sites

  • Replies 3.9k
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Posted Images

Why Brendan Rodgers is the man!

Rarement je n'ai été aussi impatient que la nouvelle saison commence! Pourquoi? Tout cela tient en un évènement : la nomination de Rodgers à la tête de Liverpool. Je m'explique.

Depuis le licenciement - surprise - de King Kenny, j'étais partagé. Aussi bien sur la décision de FSG de le virer que du bilan de KK. Bien sur Kenny a eu un impact positif durant ses 18 mois aux commandes de l'équipe, glanant au passage la Coupe de la Ligue (notre premier trophée depuis 2006!) et en nous menant en finale de la FA Cup. Le pass&move faisait plaisir à voir par moments mais il faut avouer que les résultats - surtout à domicile - n'étaient pas à la hauteur de notre standing. Certains (la plupart?) voulaient le voir encore un an de plus, histoire de le jauger sur du plus long terme (parce qu'il faut avouer que cette 8eme place cette année est vraiment laide) et ainsi lui laisser une chance d'accrocher le top 4 l'an prochain. FSG en a décidé autrement. Mais rappelons-nous aussi que Dalglish n'était au départ qu'une solution de remplacement (ah ce bon vieux Hogdson...) et qu'il n'était pas dans les petits papiers des dirigeants américains - en tout cas pas dans ce rôle-ci de manager, pour un projet de jeu à long terme.

La question était donc simple mais terriblement cornue : qui pour remplacer la légende vivante Dalglish qui pourrait nous apporter quelque chose de plus?

A part Benitez, malgré qu'un retour comporte toujours des risques, mais aussi certaines garanties, je ne voyais personne de vraiment qualifier pour ce rôle. Et puis Rodgers est arrivé, sans s'presser, tel un Zorro des temps modernes, au nez et à la barbe d'un Villas-Boas ou d'un je-ne-sais quel Van Gaal-Deschamps-De Boer-Martinez-Boulez :trompette: . Et je dois dire, que si ce choix m'est apparu risqué en premier lieu, cela m'a tout l'air d'un coup de maitre de la part de nos dirigeants américains.

Il faut l'avouer, ce Rodgers n'est pas de la même graine que les autres. Son parcours est plutôt atypique, devant renoncer à sa carrière de footballeur à seulement 19 ans. La faute à une maladie héréditaire au genou (2 de ses frères auront le même problème). Il décide donc d'être coach et déjà à cet âge-là, il avait une certaine vision du football. Son grand-père et son père étaient des supporters de Liverpool et dans les années 70/débuts 80, il a vu cette génération talentueuse de Liverpool pratiqué le jeu qu'il aimait et qui l'a influencé : pressing constant, redoublement de passes, intensité... Il regardaient aussi les matchs de l'équipe du Brésil, plutôt pas mal comme référence. Il commence par entrainer l'équipe des jeunes de Reading pendant 2 ans avant d'être repéré par le "Special one" himself qui lui confira l'équipe juniors de Chelsea avant d'être promu deux ans plus tard coach de la réserve. En dépit d'être né le même jour - mais pas la même année, le Mou ayant 10ans d'avance - Mourinho et Rodgers partage une vision du foot similaire, continentale avec un sens de la discipline tactique. Il entrainera ensuite Watford pour sa première expérience professionnelle avant de revenir à Reading un an plus tard. Il y restera 6 mois après une série de mauvais résultats pour finalement arriver à Swansea à l'été 2010.

Pendant toute sa formation, et chose rare pour un entraineur - qui plus est britannique - il part sillonner l'Europe du football (Barcelone, Valence, Séville, les clubs néerlandais) à la recherche de sa vision du football. Le 4-3-3 est de rigueur partout où il passe et cela deviendra son schéma tactique de prédilection.

Rodgers, c'est un style qui portera ses fruits avec Swansea, club qu'il fera monter en Premier League (une première pour un club gallois) avant de les maintenir en finissant 11eme cette année, une prouesse avec le peu de moyens mis à sa disposition. Swansea finira la saison avec 14 clean sheets (4eme derrière les 2 Manchester et Newcastle), dont un à Anfield (0-0) où les supporters avaient applaudi les joueurs de Swansea pour la qualité de l'opposition. Ce que n'a pas oublié de souligner Rodgers lorsqu'il évoqua en conférence de presse la passion et l'éducation dont les supporters de Liverpool font preuve.

Brendan Redgers!

Depuis son arrivée à Melwood, il a impressionné tout son monde en conf' de presse. Il dégage quelque chose de spécial. Quand il parle, on l'écoute, parce qu'il a quelque chose à dire, des convictions à défendre et aussi un certain sens du style. Quelques citations vouées à devenir célèbre, tel un Shankly des temps nouveaux parlant à des Kopites plein d'espoir, ont déjà fleuries, et elles mettent l'eau à la bouche :

"I want to use the incredible support to make coming to Anfield the longest 90 minutes of an opponent’s life."

"All I’ll ever do is what I’ve done in any job, and that is to promise to fight for my life, for the supporters and for the people of this city."

Et voici quelques citations qui résument sa façon de voir le football :

"This is our philosophy. I like to control games. I like to be responsible for our own destiny. If you are better than your opponent with the ball you have a 79 per cent chance of winning the game".

"When we have the football everybody's a player. The difference with us is that when we have the ball we play with 11 men, other teams play with 10 and a goalkeeper".

"For me it is quite logical. It doesn’t matter how big or small you are, if you don’t have the ball you can’t score."

Comment tenir une victoire par B.R :

" We were 2-0 up away at Wolves with six minutes to go but we failed to manage the pressure. We stopped playing it out from the back. We kicked the ball long and they got it and just smashed straight back into our box. Eventually we drew 2-2 and the players were devastated.

I told them we needed to learn the six-minute game.

The following week we worked on managing the pressure. But with the ball. Low and behold the next game we are at Bolton. We are 2-0 up. With 17 minutes to go they go 2-1. You could sense the nerves in the crowd.

How were we going to deal with it? For 10 minutes Bolton did not get a kick of the ball and, eventually, we got the goal to win 3-1."

Petite anecdote sur un plateau télé : Savage, Shearer et Rodgers sélectionne leurs meilleurs 11 de tous les temps en Premier League. Le présentateur demande a Rodgers pourquoi il n'a pas sélectionner Giggs et il répond en plaisantant (à moitié) : "Il ne rentrait pas dans le système, il peut y avoir de très bons joueurs dans une équipe mais il faut qu'ils puissent jouer tous ensemble". Là ou je veux en venir ce que même pour choisir 11 gugus pour le fun, il a réfléchi à l'aspect tactique de la chose. Là ou Shearer et Savage avait choisi un 4-4-2, Rodgers avait opté pour un 4-2-3-1 avec Zola en 10 :wub:

Pour finir, Rodgers sait ce qu'il a à faire, la pression est grande et il le sait. A lui d'imposer son style à l'équipe. Quoiqu'il arrive, je veux dire par là que si l'époque Rodgers se solde par un échec, je resterai convaincu que ce choix de FSG était le bon. Parce qu'on a trouvé en Rodgers quelqu'un qui va nous faire jouer le football que l'on aime, celui des années 70 lorsqu'il regardait Lawrenson, Dalglish ou Hansen dominer l'Europe. Bien sur cela ne se fera pas du jour au lendemain, mais avec le temps nécessaire et quelques renforts qui "fit" au plan de jeu, on peut espérer retrouver les sommets. Quoi de mieux qu'un jeune entraineur qui a les crocs, nord-irlandais bercé a la sauce celte, parlant l'espagnol (Pepe&José sont contents), humble, déterminé, avec un plan de jeu séduisant et se sentant je cite "comme chez lui" dès ses premières heures à Melwood? Et je le soupçonne secrètement de vouloir s'inscrire parmi les plus grands entraineurs que Liverpool ai jamais compté, aux côtés de Bill et de Bob. Tiens tiens Brendan, ca ne commencerait pas aussi par un B -_-

YNWA

bien joué j'apprecie lire les gens comme tu vien de nous ecrire...merci

Link to comment
Share on other sites

Mon p'tit bémol...

Why Brendan Rodgers is the man!

Rarement je n'ai été aussi impatient que la nouvelle saison commence! Pourquoi? Tout cela tient en un évènement : la nomination de Rodgers à la tête de Liverpool. Je m'explique.

Depuis le licenciement - surprise - de King Kenny, j'étais partagé. Aussi bien sur la décision de FSG de le virer que du bilan de KK. Bien sur Kenny a eu un impact positif durant ses 18 mois aux commandes de l'équipe, glanant au passage la Coupe de la Ligue (notre premier trophée depuis 2006!) et en nous menant en finale de la FA Cup. Le pass&move faisait plaisir à voir par moments mais il faut avouer que les résultats - surtout à domicile - n'étaient pas à la hauteur de notre standing.

Justement ! moi je n'appelle pas cela glaner. Et j'espère que la "récolte de la moisson" ;) d'un zorro des temps modernes (je te cite) sera aussi bonne que celle d'une légende vivante ! (en arrêtant les compteurs en fin de saison prochaine, c'est l'évidence).

Certains (la plupart?) voulaient le voir encore un an de plus, histoire de le jauger sur du plus long terme (parce qu'il faut avouer que cette 8eme place cette année est vraiment laide) et ainsi lui laisser une chance d'accrocher le top 4 l'an prochain.

Moi entre autres OUI (et non pas pour le jauger-juger) et nullement pour lui laisser "une chance d'accrocher le top 4" comme tu dis, mais du temps au moins ! certes des résultats décevants (je ne parle tjrs pas de la place au classement), mais sur un an, il est tout de même gonflé de parler d'échec

FSG en a décidé autrement. Mais rappelons-nous aussi que Dalglish n'était au départ qu'une solution de remplacement (ah ce bon vieux Hogdson...) et qu'il n'était pas dans les petits papiers des dirigeants américains - en tout cas pas dans ce rôle-ci de manager, pour un projet de jeu à long terme.

La question était donc simple mais terriblement cornue : qui pour remplacer la légende vivante Dalglish qui pourrait nous apporter quelque chose de plus?

A part Benitez, malgré qu'un retour comporte toujours des risques, mais aussi certaines garanties, je ne voyais personne de vraiment qualifier pour ce rôle. Et puis Rodgers est arrivé, sans s'presser, tel un Zorro des temps modernes, au nez et à la barbe d'un Villas-Boas ou d'un je-ne-sais quel Van Gaal-Deschamps-De Boer-Martinez-Boulez trompette.gif . Et je dois dire, que si ce choix m'est apparu risqué en premier lieu, cela m'a tout l'air d'un coup de maitre de la part de nos dirigeants américains.

Il faut l'avouer, ce Rodgers n'est pas de la même graine que les autres. Son parcours est plutôt atypique, devant renoncer à sa carrière de footballeur à seulement 19 ans. La faute à une maladie héréditaire au genou (2 de ses frères auront le même problème). Il décide donc d'être coach et déjà à cet âge-là, il avait une certaine vision du football. Son grand-père et son père étaient des supporters de Liverpool et dans les années 70/débuts 80, il a vu cette génération talentueuse de Liverpool pratiqué le jeu qu'il aimait et qui l'a influencé : pressing constant, redoublement de passes, intensité... Il regardaient aussi les matchs de l'équipe du Brésil, plutôt pas mal comme référence. Il commence par entrainer l'équipe des jeunes de Reading pendant 2 ans avant d'être repéré par le "Special one" himself qui lui confira l'équipe juniors de Chelsea avant d'être promu deux ans plus tard coach de la réserve. En dépit d'être né le même jour - mais pas la même année, le Mou ayant 10ans d'avance - Mourinho et Rodgers partage une vision du foot similaire, continentale avec un sens de la discipline tactique. Il entrainera ensuite Watford pour sa première expérience professionnelle avant de revenir à Reading un an plus tard. Il y restera 6 mois après une série de mauvais résultats pour finalement arriver à Swansea à l'été 2010.

Pendant toute sa formation, et chose rare pour un entraineur - qui plus est britannique - il part sillonner l'Europe du football (Barcelone, Valence, Séville, les clubs néerlandais) à la recherche de sa vision du football. Le 4-3-3 est de rigueur partout où il passe et cela deviendra son schéma tactique de prédilection.

Rodgers, c'est un style qui portera ses fruits avec Swansea, club qu'il fera monter en Premier League (une première pour un club gallois) avant de les maintenir en finissant 11eme cette année, une prouesse avec le peu de moyens mis à sa disposition. Swansea finira la saison avec 14 clean sheets (4eme derrière les 2 Manchester et Newcastle), dont un à Anfield (0-0) où les supporters avaient applaudi les joueurs de Swansea pour la qualité de l'opposition. Ce que n'a pas oublié de souligner Rodgers lorsqu'il évoqua en conférence de presse la passion et l'éducation dont les supporters de Liverpool font preuve.

Brendan Redgers!

Depuis son arrivée à Melwood, il a impressionné tout son monde en conf' de presse. Il dégage quelque chose de spécial. Quand il parle, on l'écoute, parce qu'il a quelque chose à dire, des convictions à défendre et aussi un certain sens du style. Quelques citations vouées à devenir célèbre, tel un Shankly des temps nouveaux parlant à des Kopites plein d'espoir, ont déjà fleuries, et elles mettent l'eau à la bouche :

"I want to use the incredible support to make coming to Anfield the longest 90 minutes of an opponent’s life."

"All I’ll ever do is what I’ve done in any job, and that is to promise to fight for my life, for the supporters and for the people of this city."

Et voici quelques citations qui résument sa façon de voir le football :

"This is our philosophy. I like to control games. I like to be responsible for our own destiny. If you are better than your opponent with the ball you have a 79 per cent chance of winning the game".

"When we have the football everybody's a player. The difference with us is that when we have the ball we play with 11 men, other teams play with 10 and a goalkeeper".

"For me it is quite logical. It doesn’t matter how big or small you are, if you don’t have the ball you can’t score."

Comment tenir une victoire par B.R :

" We were 2-0 up away at Wolves with six minutes to go but we failed to manage the pressure. We stopped playing it out from the back. We kicked the ball long and they got it and just smashed straight back into our box. Eventually we drew 2-2 and the players were devastated.

I told them we needed to learn the six-minute game.

The following week we worked on managing the pressure. But with the ball. Low and behold the next game we are at Bolton. We are 2-0 up. With 17 minutes to go they go 2-1. You could sense the nerves in the crowd.

How were we going to deal with it? For 10 minutes Bolton did not get a kick of the ball and, eventually, we got the goal to win 3-1."

Petite anecdote sur un plateau télé : Savage, Shearer et Rodgers sélectionne leurs meilleurs 11 de tous les temps en Premier League. Le présentateur demande a Rodgers pourquoi il n'a pas sélectionner Giggs et il répond en plaisantant (à moitié) : "Il ne rentrait pas dans le système, il peut y avoir de très bons joueurs dans une équipe mais il faut qu'ils puissent jouer tous ensemble". Là ou je veux en venir ce que même pour choisir 11 gugus pour le fun, il a réfléchi à l'aspect tactique de la chose. Là ou Shearer et Savage avait choisi un 4-4-2, Rodgers avait opté pour un 4-2-3-1 avec Zola en 10 wub.gif

Pour finir, Rodgers sait ce qu'il a à faire, la pression est grande et il le sait. A lui d'imposer son style à l'équipe. Quoiqu'il arrive, je veux dire par là que si l'époque Rodgers se solde par un échec, je resterai convaincu que ce choix de FSG était le bon. Parce qu'on a trouvé en Rodgers quelqu'un qui va nous faire jouer le football que l'on aime, celui des années 70 lorsqu'il regardait Lawrenson, Dalglish ou Hansen dominer l'Europe. Bien sur cela ne se fera pas du jour au lendemain, mais avec le temps nécessaire et quelques renforts qui "fit" au plan de jeu, on peut espérer retrouver les sommets. Quoi de mieux qu'un jeune entraineur qui a les crocs, nord-irlandais bercé a la sauce celte, parlant l'espagnol (Pepe&José sont contents), humble, déterminé, avec un plan de jeu séduisant et se sentant je cite "comme chez lui" dès ses premières heures à Melwood? Et je le soupçonne secrètement de vouloir s'inscrire parmi les plus grands entraineurs que Liverpool ai jamais compté, aux côtés de Bill et de Bob. Tiens tiens Brendan, ca ne commencerait pas aussi par un B sleep.gif

YNWA

Vuiiiiiiiii je n'ai pas digéré l'éviction du King, et encore moins dans la forme (alors peut-être pas objective). Sinon, J'apprécie ton post (pour avoir développé), ton enthousiasme ? euhhhhhhhh

Pour en revenir à la question "satisfait de sa nomination ?"

Comme je viens de le préciser, je ne peux me prononcer : un an pour tirer des conclusions me semble osé, aussi avant qu'il n'ait pu faire ses preuves serait du "foutage de gueule" !!!

Ceci dit, c'est notre nouveau manager :lfcfan:, je lui accorde donc ma confiance !.

Link to comment
Share on other sites

Why Brendan Rodgers is the man!

Rarement je n'ai été aussi impatient que la nouvelle saison commence! Pourquoi? Tout cela tient en un évènement : la nomination de Rodgers à la tête de Liverpool. Je m'explique.

Depuis le licenciement - surprise - de King Kenny, j'étais partagé. Aussi bien sur la décision de FSG de le virer que du bilan de KK. Bien sur Kenny a eu un impact positif durant ses 18 mois aux commandes de l'équipe, glanant au passage la Coupe de la Ligue (notre premier trophée depuis 2006!) et en nous menant en finale de la FA Cup. Le pass&move faisait plaisir à voir par moments mais il faut avouer que les résultats - surtout à domicile - n'étaient pas à la hauteur de notre standing. Certains (la plupart?) voulaient le voir encore un an de plus, histoire de le jauger sur du plus long terme (parce qu'il faut avouer que cette 8eme place cette année est vraiment laide) et ainsi lui laisser une chance d'accrocher le top 4 l'an prochain. FSG en a décidé autrement. Mais rappelons-nous aussi que Dalglish n'était au départ qu'une solution de remplacement (ah ce bon vieux Hogdson...) et qu'il n'était pas dans les petits papiers des dirigeants américains - en tout cas pas dans ce rôle-ci de manager, pour un projet de jeu à long terme.

La question était donc simple mais terriblement cornue : qui pour remplacer la légende vivante Dalglish qui pourrait nous apporter quelque chose de plus?

A part Benitez, malgré qu'un retour comporte toujours des risques, mais aussi certaines garanties, je ne voyais personne de vraiment qualifier pour ce rôle. Et puis Rodgers est arrivé, sans s'presser, tel un Zorro des temps modernes, au nez et à la barbe d'un Villas-Boas ou d'un je-ne-sais quel Van Gaal-Deschamps-De Boer-Martinez-Boulez :trompette: . Et je dois dire, que si ce choix m'est apparu risqué en premier lieu, cela m'a tout l'air d'un coup de maitre de la part de nos dirigeants américains.

Il faut l'avouer, ce Rodgers n'est pas de la même graine que les autres. Son parcours est plutôt atypique, devant renoncer à sa carrière de footballeur à seulement 19 ans. La faute à une maladie héréditaire au genou (2 de ses frères auront le même problème). Il décide donc d'être coach et déjà à cet âge-là, il avait une certaine vision du football. Son grand-père et son père étaient des supporters de Liverpool et dans les années 70/débuts 80, il a vu cette génération talentueuse de Liverpool pratiqué le jeu qu'il aimait et qui l'a influencé : pressing constant, redoublement de passes, intensité... Il regardaient aussi les matchs de l'équipe du Brésil, plutôt pas mal comme référence. Il commence par entrainer l'équipe des jeunes de Reading pendant 2 ans avant d'être repéré par le "Special one" himself qui lui confira l'équipe juniors de Chelsea avant d'être promu deux ans plus tard coach de la réserve. En dépit d'être né le même jour - mais pas la même année, le Mou ayant 10ans d'avance - Mourinho et Rodgers partage une vision du foot similaire, continentale avec un sens de la discipline tactique. Il entrainera ensuite Watford pour sa première expérience professionnelle avant de revenir à Reading un an plus tard. Il y restera 6 mois après une série de mauvais résultats pour finalement arriver à Swansea à l'été 2010.

Pendant toute sa formation, et chose rare pour un entraineur - qui plus est britannique - il part sillonner l'Europe du football (Barcelone, Valence, Séville, les clubs néerlandais) à la recherche de sa vision du football. Le 4-3-3 est de rigueur partout où il passe et cela deviendra son schéma tactique de prédilection.

Rodgers, c'est un style qui portera ses fruits avec Swansea, club qu'il fera monter en Premier League (une première pour un club gallois) avant de les maintenir en finissant 11eme cette année, une prouesse avec le peu de moyens mis à sa disposition. Swansea finira la saison avec 14 clean sheets (4eme derrière les 2 Manchester et Newcastle), dont un à Anfield (0-0) où les supporters avaient applaudi les joueurs de Swansea pour la qualité de l'opposition. Ce que n'a pas oublié de souligner Rodgers lorsqu'il évoqua en conférence de presse la passion et l'éducation dont les supporters de Liverpool font preuve.

Brendan Redgers!

Depuis son arrivée à Melwood, il a impressionné tout son monde en conf' de presse. Il dégage quelque chose de spécial. Quand il parle, on l'écoute, parce qu'il a quelque chose à dire, des convictions à défendre et aussi un certain sens du style. Quelques citations vouées à devenir célèbre, tel un Shankly des temps nouveaux parlant à des Kopites plein d'espoir, ont déjà fleuries, et elles mettent l'eau à la bouche :

"I want to use the incredible support to make coming to Anfield the longest 90 minutes of an opponent’s life."

"All I’ll ever do is what I’ve done in any job, and that is to promise to fight for my life, for the supporters and for the people of this city."

Et voici quelques citations qui résument sa façon de voir le football :

"This is our philosophy. I like to control games. I like to be responsible for our own destiny. If you are better than your opponent with the ball you have a 79 per cent chance of winning the game".

"When we have the football everybody's a player. The difference with us is that when we have the ball we play with 11 men, other teams play with 10 and a goalkeeper".

"For me it is quite logical. It doesn’t matter how big or small you are, if you don’t have the ball you can’t score."

Comment tenir une victoire par B.R :

" We were 2-0 up away at Wolves with six minutes to go but we failed to manage the pressure. We stopped playing it out from the back. We kicked the ball long and they got it and just smashed straight back into our box. Eventually we drew 2-2 and the players were devastated.

I told them we needed to learn the six-minute game.

The following week we worked on managing the pressure. But with the ball. Low and behold the next game we are at Bolton. We are 2-0 up. With 17 minutes to go they go 2-1. You could sense the nerves in the crowd.

How were we going to deal with it? For 10 minutes Bolton did not get a kick of the ball and, eventually, we got the goal to win 3-1."

Petite anecdote sur un plateau télé : Savage, Shearer et Rodgers sélectionne leurs meilleurs 11 de tous les temps en Premier League. Le présentateur demande a Rodgers pourquoi il n'a pas sélectionner Giggs et il répond en plaisantant (à moitié) : "Il ne rentrait pas dans le système, il peut y avoir de très bons joueurs dans une équipe mais il faut qu'ils puissent jouer tous ensemble". Là ou je veux en venir ce que même pour choisir 11 gugus pour le fun, il a réfléchi à l'aspect tactique de la chose. Là ou Shearer et Savage avait choisi un 4-4-2, Rodgers avait opté pour un 4-2-3-1 avec Zola en 10 :wub:

Pour finir, Rodgers sait ce qu'il a à faire, la pression est grande et il le sait. A lui d'imposer son style à l'équipe. Quoiqu'il arrive, je veux dire par là que si l'époque Rodgers se solde par un échec, je resterai convaincu que ce choix de FSG était le bon. Parce qu'on a trouvé en Rodgers quelqu'un qui va nous faire jouer le football que l'on aime, celui des années 70 lorsqu'il regardait Lawrenson, Dalglish ou Hansen dominer l'Europe. Bien sur cela ne se fera pas du jour au lendemain, mais avec le temps nécessaire et quelques renforts qui "fit" au plan de jeu, on peut espérer retrouver les sommets. Quoi de mieux qu'un jeune entraineur qui a les crocs, nord-irlandais bercé a la sauce celte, parlant l'espagnol (Pepe&José sont contents), humble, déterminé, avec un plan de jeu séduisant et se sentant je cite "comme chez lui" dès ses premières heures à Melwood? Et je le soupçonne secrètement de vouloir s'inscrire parmi les plus grands entraineurs que Liverpool ai jamais compté, aux côtés de Bill et de Bob. Tiens tiens Brendan, ca ne commencerait pas aussi par un B -_-

YNWA

Très bon post :respect:

Link to comment
Share on other sites

Article interressant qui compare la philosophie de jeu de Rodgers et Swansea avec celle du Barça:

http://www.liverpoolfc.tv/news/latest-news/rodgers-barca-and-tiki-taka

Très intéressant. Concurrence pour Tomkins.

"The approach works on the principles that 'the whole is greater than the sum of its parts" : c'est du Shankly (ou du Lobanovsky : "La star, c'est l'équipe").

"The division of zones is suggestive that each player when in possession should play a particular role, including the goalkeeper and two centre-backs" : c'est du Rafa.

"Therefore an adjustment must be made in the traditional view of this formation from a 4-5-1/4-3-3/3-4-3 to a 1-4-5-1, 1-4-3-3, 1-3-4-3 or even a 1-2-6-1. The point here is that the formation has lost its simplicity of which it can be viewed." : Là, c'est Rodgers. :mrgreen:

Il est calqué sur le Barça : çà tombe bien, l'Academy aussi.

"Zone 4 will opt to cross the ball from the opponents' byline rather than from deep, in keeping with the 1950s optimum assist zone in zone G" : Kikinou est un aficionado absolu de la zone G et de Brendan RodGers. :mrgreen:

"Patience is the key here and the general rule that one goal is scored to every nine shots will alter due to the quality of opportunity created being significantly better" : c'est peu dire qu'on est impatient de voir çà, à Anfield plus qu'ailleurs. :mrgreen:

"As mentioned before, absolute belief that each player will do the right thing is vital - therefore meaning players will not wait and watch their pass reach a teammate's feet, but pass and look for space for yourself, trusting not just your teammates but your own ability to pass and that it will reach the teammate you aimed for." : Pass & Move...

"An important factor of successful creativity and development is not to punish mistakes, but reward successes." : Ca me rappelle quelque chose...

"We've won a corner, now send all the big lads forward." Maybe the complete alternative is better? : Andy au Bahamas...

"However, the objective of the game is to win and with winning you'll find the secret to the enjoyment of the game. Just ask Greece of 2004 and Italy 2006 whether they'd swap those trophies for the trophy-less but praised history of the Netherlands." : alors il fallait engager Di Matteo.

Link to comment
Share on other sites

Très intéressant. Concurrence pour Tomkins.

Pour comparer alors Mon lien

et j'ai posté une autre source sous un autre topic ! Mon lien laquelle doit-on considérer ? :mrgreen:

"The approach works on the principles that 'the whole is greater than the sum of its parts" : c'est du Shankly (ou du Lobanovsky : "La star, c'est l'équipe").

"The division of zones is suggestive that each player when in possession should play a particular role, including the goalkeeper and two centre-backs" : c'est du Rafa.

"Therefore an adjustment must be made in the traditional view of this formation from a 4-5-1/4-3-3/3-4-3 to a 1-4-5-1, 1-4-3-3, 1-3-4-3 or even a 1-2-6-1. The point here is that the formation has lost its simplicity of which it can be viewed." : Là, c'est Rodgers. :mrgreen:

Il est calqué sur le Barça : çà tombe bien, l'Academy aussi.

"Zone 4 will opt to cross the ball from the opponents' byline rather than from deep, in keeping with the 1950s optimum assist zone in zone G" : Kikinou est un aficionado absolu de la zone G et de Brendan RodGers. :mrgreen:

"Patience is the key here and the general rule that one goal is scored to every nine shots will alter due to the quality of opportunity created being significantly better" : c'est peu dire qu'on est impatient de voir çà, à Anfield plus qu'ailleurs. :mrgreen:

"As mentioned before, absolute belief that each player will do the right thing is vital - therefore meaning players will not wait and watch their pass reach a teammate's feet, but pass and look for space for yourself, trusting not just your teammates but your own ability to pass and that it will reach the teammate you aimed for." : Pass & Move...

"An important factor of successful creativity and development is not to punish mistakes, but reward successes." : Ca me rappelle quelque chose...

"We've won a corner, now send all the big lads forward." Maybe the complete alternative is better? : Andy au Bahamas...

"However, the objective of the game is to win and with winning you'll find the secret to the enjoyment of the game. Just ask Greece of 2004 and Italy 2006 whether they'd swap those trophies for the trophy-less but praised history of the Netherlands." : alors il fallait engager Di Matteo.

Edited by redingue
Link to comment
Share on other sites

Paradoxalement, Brendan Rodgers conforte le travail de Dalglish et de Rafa ces dernières années (domination du ballon, formation "goût Barça"...)

Nous espérons tous qu'il va réussir. En cas d'échec, je parie sur Rafa. Mais pensons plutôt à un franc succès dès le début.

Link to comment
Share on other sites

Pour ma part, je serai un peu moins optimiste que la majorité des intervenants et retiens les accroches de la presse française lors de sa nomination évoquant le passage du légendaire à l'inconnu...

L'offal mérite aussi de plus en plus son surnom de Pravda avec toutes ces interventions d'anciens joueurs et d'entraîneurs confirmant le choix exceptionnel fait par FSG...

J'espère évidemment me tromper dans les grandes largeurs et, conformément à la Liverpool Way, je soutiendrai évidemment et pleinement B. Rodgers.

Link to comment
Share on other sites

encore une fois toinou LFC, source svp !

ca m'interesse, et peut etre des autres, pour voir si il y a d'autres photos similaire a celle-ci qui est super !!!

merci pour votre comprehension et partage !

:lfcfan:

Link to comment
Share on other sites

L'EQUIPE :

"Le nouvel entraîneur de Liverpool Brendan Rodgers réclame aux supporters des Reds ce qui est habituellement le moins concédé aux hommes de banc : du temps. «Je pense que cela prendra du temps pour mettre en place ma façon de jouer et la philosophie de jeu que je défends», a expliqué l'ancien coach de Swansea lors d'une conférence de presse mardi à Anfield. «On veut pratiquer un football qui gagne, un football qui est efficace (...) La tradition dans ce club veut que les joueurs pratiquent un football stylé, ne laissant aucun répit à leurs adversaires», a poursuivi le coach Nord-Irlandais de 39 ans. «Il nous faut améliorer l'équipe, sa qualité, et espérons-le dans les années à venir, nous serons à nouveau en position de concurrencer les meilleurs», a conclu le technicien. Son nouveau club, vainqueur de la League Cup, n'a plus été champion d'Angleterre depuis 1990."

cet homme a quelque chose, en tous cas son discours me plait :bienvenue:

Link to comment
Share on other sites

Je suis un des " pas d'accord " avec la nomintion de Rogers.

Dsl de mon post tardif j'ai un peut de mal a digérer le départ de KD.

C'est sans doute pour ça que je suis un peut pessimiste pour Rogers.

Mais la véritable raison céest le manque d'attractivité vis a vis des joueurs a recruter que ROgers nous offre par le manque de trajectoire international experience etc. bref la "renommée" , notre budget n'aide pas a cela non plus.

Honnêtement je connais pas suffisamment le bonhomme pour le juger sur ça philosophie tactique et/ou la capacité a gérer le groupe.

C'est pas pour autant que serai injuste avec lui.

a ++

Link to comment
Share on other sites

Je lui souhaite ardemment de réussir, mais il aura autant de temps que les autres, c'est-à-dire peu, si l'on en juge par l'épisode Dalglish.

Sauf catastrophe il aura minimum 2 ans d'après moi. Sinon FSG se décridibilise totalement. Et cette fois ci c'est "leur" manager. S'ils venaient à le virer au bout d'un an ils se désavouraient eux mêmes.

Edited by toinou LFC
Link to comment
Share on other sites

Sauf catastrophe il aura minimum 2 ans d'après moi. Sinon FSG se décridibilise totalement. Et cette fois ci c'est "leur" manager. S'ils venaient à le virer au bout d'un an ils se désavouraient eux mêmes.

Pour moi avec l'arrivée de Rodgers, c'est tout le projet de FSG qui est en jeu. Si ca ne marche pas avec Rodgers, ils vont avoir du mal a redresser la barre. Je pense que les dirigeants vont lui laisser le temps. J'éspère même une prolongation de contrat au bout de 2 ans. Si Rodgers résiste aux 2-3 premières saisons, alors je pense qu'il peut rester un bout de temps chez nous (10ans?).

Link to comment
Share on other sites

Des mots, des mots, mais des bons mots.

"I hear people talking about working hard but for me it is an obligation - it's not a choice.

"We all work hard in our everyday lives as people and for players it is no different.

"It is quite simple. You come in and do a hard day's work. You make sure in training and on match days you come in and you can take your top off and wring it out and it will be soaking wet.

"It is that honesty that you want. If you can work hard and you have got talent it takes you a long way.

"That will be the emphasis for me here - to try to reinforce that and ensure that commitment to the cause is important because we have a cause to fight for here."

source : official

Link to comment
Share on other sites

Quel type de supporter etes vous? Rodgers vous dit tout xD

“I know there are three types of supporters at every club,” he said. “Number one is those who, no matter who the manager is, they love their club and they will love their manager because Liverpool is their life and their passion. The second group is supporters who will accept you but to earn their real respect you will have to be successful. That’s fine. The third group are the critics and you never change them ever. Ever. If you win 4-0 it should have been five, if you win the league you should have won three. I will never worry about that group because you can never affect them."

"I only want to work with the people who love the club. I have always had good relations with the media and with the supporters. I’m open and honest. I understand that not everybody will want me here. But that’s part of the dance.”

Sur King Kenny, il a des propos très élogieux, expliquant qu'il ne lui ferait aucunement de l'ombre si il revenait dans le club, expliquant que Anfield est sa maison et que sa porte sera toujours ouverte pour lui

“I have the ultimate respect for Kenny Dalglish,” he said. “My door is always open for Kenny Dalglish. This is his home. As the chairman said, he is the heart and soul of this club. His love for this club is unrivalled.

"He is the best player in the history of this club. This guy is a legend in the game and here at Liverpool Football Club.

“But what I know is history judges you as a manager and hopefully in time people will look back at what I have achieved here and I can walk beside these people. But there is no way I can try and overtake someone like Kenny Dalglish.

"All I can do is be myself. That is all I’ve ever tried to be; to be a student of the game, to be the very best I could. That has helped me make a meteoric rise but, because of my work, I’ve been able to get the opportunities.”

source : telegraph

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.
Note: Your post will require moderator approval before it will be visible.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share


×
×
  • Create New...