• Annonces

Liverpool à l'heure américaine

1 message dans ce sujet

Posté(e)

 Profitant d'un séjour sur la côte Est américaine, j'ai eu la chance d'assister à un match télévisé de Liverpool à 7H30 du matin, heure locale...

 

L'horaire matinal, certes pour un match à enjeu à l'Ethiad stadium contre Manchester City, n'avait pas dissuadé près de 80 supporters des Reds de se réunir dans un bar de la 11ème rue à New York...

 

Ce pub, siège de la branche des supporters des Reds à New York, s'inscrit dans toute sa longueur avec quatre écrans, dont un dans une sorte de salon, dans lequel sont encadrés différents maillots, bannières ou écharpes de Liverpool.

 

L'ambiance y est sympathique avec des encouragements (notamment à l'occasion des tentatives (vaines) de Simon Mignolet d'éviter le 5-0) mais pas de chants. Le responsable de la branche (le « Ant » local avec quelques inchs en moins...) intervint à la mi-temps pour présenter la branche, les possibilités d'adhésion à prix réduit et leur merchandising.

 

Bonne expérience que ce « Premier League morning », du nom de l'émission de TV américaine, qui permet de rendre hommage aux supporters des Reds transatlantiques ou asiatiques qui doivent s'adapter à des horaires incongrus pour pouvoir regarder les Reds en direct...

 

La visite d'un stade de base-ball (celui des Mets à Brooklyn près de Flushing Meadows) permit aussi de mieux comprendre le modèle « économico-sportif » de nos propriétaires américains successifs. Le stade, généralement assez excentré, constitue le point névralgique, où les supporters, revêtus de leurs maillots et casquettes, convergent pour aller consommer dans les restaurants et magasins prévus à cet effet.

 

Il a été également troublant de retrouver l'inscription dans les dalles à proximité du stade du nom des supporters à l'occasion d'un fait sportif marquant, pratique désormais importée au Royaume-Uni et notamment à Anfield...

 

Pour finir ce tour d'horizon des pratiques américaines, la participation de Peter Moore, notre nouveau directeur général, qui tweete également beaucoup, à une émission de divertissement sportif cherchant à déterminer les meilleurs attaquants à la pointe des Reds de ces vingt dernières années, peut être relatée. Quel contraste avec un Peter Robinson, secrétaire du club dans sa période dorée, dont le visage resta inconnu d'une large majorité des supporters des Reds !!!

 

A l'heure du sport-business, le modèle américain risque encore d'inspirer pendant longtemps la vieille Europe footballistique...Il sera toutefois intéressant d'observer s'il sera en mesure un jour d'imposer son système de franchises, de ligues fermées et de salary cap...    

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites