Jump to content
  • Announcements

    • Bureau French Branch

      RAPPEL : Projet YNWA face au Covid-19 #UnityIsStrength   05/04/20

      Bonjour Kopite, Nous espérons que tout va bien pour toi et tes proches dans cette période un peu particulière. À défaut de pouvoir continuer à te voir nous avons mis en place avec LFC en direct d'Anfield le Projet YNWA pour faire face au Covid-19 ensemble ! #UnityIsStrength Donc, dès maintenant nous te proposons de nous rejoindre ci-dessous : En attendant prends soin de toi, L'équipe OLSC France - Liverpool French Branch You'll Never Walk Alone
    • Liverpool4Ever
Sign in to follow this  
rafalabamba

Retour d'Arabie ou comment faire un away au chaud en décembre !!!

Recommended Posts

Un de mes premiers souvenirs liés à Liverpool fut un long reportage dans Onze sur la finale de la coupe intercontinentale perdue en 1981 par le Liverpool de Neal et Dalglish face au Flamengo de Zico et Junior avec une large défaite 3 buts à 0...

 

La perspective d'une finale alléchante du championnat du monde des clubs, au regard du plateau constitué pour les demi-finales de la Copa Libertadores (Boca, River, Flamengo ou Gremio), m'a amené à réfléchir à la possibilité de faire ce déplacement au Qatar malgré le prix du billet d'avion et la perspective de concourir pour un trophée « en chocolat »...

 

Je me suis privé, à ce titre, des « aways » de la phase de poule en ligue des champions (Naples déjà fait, Genk pas trop touristique et Salzbourg en décembre un peu frais...) pour « financer » ce déplacement moyen-oriental de cinq jours.

 

L'arrivée à Doha le mercredi fut peu dépaysante par rapport à Paris : Il faisait gris et pleuvait, il y avait des travaux partout et les bus à l'aéroport pour le centre-ville ne fonctionnaient pas (non à cause de l'exercice du droit syndical assez peu développé dans la péninsule arabique mais en raison de la fête nationale du qatar, qui sera d'ailleurs le jour de la finale de la coupe du monde le 18 décembre 2022)....

 

Après avoir collecté mes billets grâce à l'assistance de notre magicien des déplacements, je me suis rendu au Khalifa Stadium en empruntant les lignes de métro qui venaient d'être ouvertes quelques mois auparavant. Le stade est superbe mais l'organisation a laissé à désirer pour cette demi-finale : 1 heure d'attente pour entrer dans le stade, refoulement à l'entrée à cause de mon mini-parapluie (il pleuvait à Doha ce jour là...) et donc rebelote pour arriver à ma place dans le stade juste deux minutes avant le début du match...

 

L'ambiance était à la hauteur de l'organisation avec un public « mode FIFA » : On a eu droit à du « clapping », à des « hola », à des encouragements très ciblés sur le « régional de l'étape » (aka the egyptian king) et, d'une manière générale, à une assistance « familiale » devant un spectacle comme un cinéma (dont les jeunes enfants passent leur temps devant leurs jeux vidéos...) sans évidemment aucun chant...Seul point positif, on a pu éviter la mythique écharpe « mixte », accessoire désormais indispensable du consommateur de football mais vraisemblablement peu pratique dans un pays où il fait 25 degrés en décembre...

 

Heureusement, les supporters de Monterrey, qui ont réussi à se mettre en format Kop, assurent l'ambiance à la sud-américaine avec tambours, chants et sauts durant tout le match...Sur le plan sportif, le match reste assez étrange avec l'impression d'une équipe de Liverpool désarticulée en l'absence de son colosse néerlandais en défense...L'inspiration de notre n°9 permettra toutefois de retrouver ses compatriotes brésiliens en finale.

 

Mes déboires à la sortie du stade n'étaient pas finis avec une heure d'attente pour récupérer mon parapluie...La coupe du monde des clubs étant présentée comme un test en vue de la coupe du monde 2022, la multiplication de « consignes » sera fortement à conseiller aux organisateurs...De toute façon, il est à craindre que le temps perdu l'aurait été sinon à la station de métro, goulet d'étranglement pour les 45.000 spectateurs, qui étaient encore assez nombreux 1H30 après la fin du match...

 

Je pouvais ensuite me consacrer à un peu de tourisme à Doha entre la demi-finale et la finale le samedi. L'embargo notamment aérien imposé par l'Arabie Saoudite, Bahrein et les Emirats arabes unis au Qatar depuis 2017 m'a contraint à rester à Doha, qui se révèle toutefois une destination agréable avec de superbes réalisations architecturales notamment muséales (avec le musée des arts islamiques ou le musée national du qatar même si, pour ce dernier, le « contenant » dépasse largement la qualité du contenu exposé), une corniche permettant une belle ballade à pied ou des centres commerciaux « délirants » avec patinoires et, pour le Villagio, un plan d'eau pour faire de la gondole « vénitienne » et un parc d'attractions pour les enfants...).

 

Une forte présence des supporters de Flamengo est à noter même dans les musées (ce qui est généralement assez rare pour les supporters de football...) avec des regroupements et des chants dans les principaux points touristiques de la ville...En revanche, peu de scousers « pur jus » sont présents à Doha, en raison du prix du billet d'avion et de la difficulté à consommer de l'alcool « librement »...Seuls quelques supporters asiatiques ou moyen-orientaux ont d'ailleurs revêtu le maillot rouge en ville.

 

Beaucoup d'édifices restent en cours de construction dans le quartier d'affaires de la west bay. Il en est de même pour le stade de l'Education City, qui devait un moment accueillir la demi-finale mais sur lequel des ouvriers travaillent encore ainsi que sur un tram le desservant, qui commence à fonctionner sans prendre de passagers...

 

Après cet épisode touristique, il était temps de retourner au Khalifa Stadium pour la finale. Je n'ai mis cette fois qu'un quart d'heure pour entrer dans le stade (sans parapluie...), ce qui m'a permis d'assister à la fin de la finale des perdants et ainsi de revoir les « vigoureux » supporters de Monterrey en plein action ainsi que notre bon vieux Bafé Gomis, qui joue désormais pour Al-Hilal, et qui s'est signalé par un but et un pénalty lors de la séance de tirs au but...

 

L'ambiance pour la finale, à l'instar de la demie, reste décevante avec la sensation, à nouveau, d'assister à un « spectacle FIFA » avec une sorte de « clown ambianceur » et des hola attendues par le public (auxquelles le petit Kop de Liverpool ne participait d'ailleurs pas...). Même les supporters de Flamengo restaient assez silencieux au regard de leurs prestations « vocales » en ville ces trois derniers jours...

 

Le match fut tendu et d'autant plus stressant avec la prolongation pour le supporter qui avait un avion à prendre à 2H du matin, ce qui m'a obligé à partir avant la fin du match...Heureusement, la mine déconfite de supporters de Flamengo dans l'aéroport m'a vite rassuré sur l'éventualité d'une égalisation brésilienne même si j'aurais aimé évidemment assister à la remise du trophée (celle de Madrid compensant largement)...

 

La dernière étape de ce périple fut une courte halte à Mascate (après 2 heures au contrôle des passeports...), la capitale d'Oman, en attendant mon vol de retour pour Paris, qui fut difficile à visiter en si peu de temps, l'agglomération s'étendant en différents points d'intérêt sur 50 kms...

 

En conclusion, un déplacement « dépaysant » tant au niveau du lieu que des équipes rencontrées que je ne renouvellerai pas forcément vu l'ambiance « consommatrice » dans les stades à moins que la perspective d'un Liverpool-Boca (voire River) me fasse changer d'avis l'an prochain (la FIFA aurait le projet d'élargir l'accès de ce championnat aux trois derniers vainqueurs de la ligue des champions)...

 

Bonnes fêtes de fin d'année à tous et, par anticipation, meilleurs vœux pour 2020 en espérant qu'elle soit enfin l'année du n°19 !!!

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...