Jump to content

Podcast


rafalabamba
 Share

Recommended Posts

Le titre de champion d’Angleterre de Liverpool a pu justifier des podcasts dédiés de la part des « tacticiens » de « Vu du banc » du spécialiste du foot anglais Bruno Constant ou de Didier Roustan.

Il est frappant de constater que ces podcasts mettent à l’honneur des « hommes de l’ombre », qui ont pourtant joué un rôle prépondérant dans le succès actuel des Mighty Reds.

Bien évidemment, l’influence de Jürgen Klopp est soulignée. Comme le rappelle Bruno Constant, le 1er changement apporté par le manager allemand à Melwood fut la cafetière afin de boire du bon café…Il met également en lumière sa capacité à imposer une forte discipline à l’intérieur de son groupe (comme peut en témoigner M. Sakho, passé en quelques semaines de « héros à zéro ») tout en restant « cool » pour l’extérieur.

L’équipe de Vu du banc loue aussi la capacité de Klopp à déléguer à des spécialistes (comme celui des touches) et le compare à Wenger dans sa qualité de bâtisseur et de modernisateur d’un club sur la durée.

Outre Klopp, les podcasts mettent donc à l’honneur Michael Edwards et Pep Lindjers.

L’équipe de Vu du banc rappelle notamment le rôle de Michael Edwards et de la cellule de recrutement sous Rodgers, qui critiquait d’ailleurs le travail du département d’analyse, lui reprochant ses propres échecs...Edwards va ainsi chercher Firmino tandis que Rodgers voulait absolument Benteke…On comprend également que Rodgers aurait refusé initialement Coutinho et Sturridge…

L’autre contribution majeure est celle apportée par Pep Lindjers qui a rendu l’équipe plus « cynique » avec une parfaite maîtrise de « l’attaque placée », de la gestion des temps forts / temps faibles, ce qui permet de gagner « ugly » et surtout de remporter les championnats…

Les podcasteurs de « Vu du banc » soulignent enfin l’éclosion des latéraux, qui a permis de suppléer le manque de créativité au milieu. Le même constat est d’ailleurs fait par Didier Roustan, qui trouve surprenant le faible nombre de joueurs véritablement créatifs au milieu de terrain pour une équipe « dominatrice » en comparaison de ses devancières.

Dans un registre plus « lunaire », Didier Roustan avait, en effet, consacré, fin 2019, un podcast dédié à Liverpool où il entonnait gaiement les paroles du YNWA…

Son histoire d’amour avec Liverpool remonte à ses voyages linguistiques à 13 ans pour aller voir un Liverpool-MU en partant de Torquay…Arrivé légèrement en retard après un si long trajet, il n’entendra pas le YNWA mais tombera amoureux du Kop alors qu’il était plutôt fan de Georges Best et de Manchester United…

Il consacrera d’ailleurs un Téléfoot spécial à Liverpool en 1988. A ma grande honte, je n’en ai gardé aucun souvenir…

Signe de qualité pour conclure, le podcast se termine en évoquant le Red or Dead de David Peace…

Link to comment
Share on other sites

  • 4 months later...

L’écoute du podcast de Bruno Constant (même avec un peu de retard…) consacré au football anglais est toujours instructive notamment lorsqu’un numéro spécial est consacré au « Merseyside » Derby.

On y apprend notamment que :

-      Le derby entre Everton et Liverpool FC est surnommé le « friendly derby », les 21 cartons rouges distribués pendant ces matchs étant « compensés » par les liens souvent amicaux ou familiaux unissant supporters des Reds et des Blues ;

-      John Houlding, le fondateur de LFC plutôt conservateur par rapport aux autres membres du Board d’Everton libéraux, avait déposé initialement le nom d’Everton Athletic (qui fut refusé par la ligue en raison de la trop grande proximité avec l’Everton Football Club…) ;

-      Ce sont les rebondissements de la finale de Cup de 1986 qui auraient fait basculer Stevie G de « Blue » à « Red » à l’âge de six ans ;

-      Même si des tensions sont nées suite au Heysel et à l’exclusion des clubs anglais des compétitions européennes privant la grande équipe d’Everton des années 1980 d’un possible sacre en C1 après son triomphe en C2, les témoignages d’amitié et de respect entre les deux clubs ont été nombreux : finale de la Cup 1989 après la tragédie d’Hillsborough, hommage à Anfield au jeune supporter d’Everton assassiné Rhys Jones, le « kilomètre d’écharpes » entre Goodison et Anfield à l’occasion du 25ème anniversaire d’Hillsborough…

-      Sylvain Distin, ancien joueur d’Everton, signale d’ailleurs qu’hors de toute couverture médiatique, les joueurs d’Everton commémorent annuellement Hillsborough ;

-      Ian Rush, meilleur buteur de ces derbys avec 25 buts, avait posé à la une d’un magazine de foot avec le maillot d’Everton sous le titre « Rush signs for Everton ». Heureusement, la date du magazine était le 1er avril 1989…

L’attachement connu de joueurs emblématiques de Liverpool aux Blues est rappelé que ce soient Steve Mc Mahon ou Robbie Fowler (malgré l’épisode malheureux de la « ligne » de but).

Gérard Houllier mentionnait d’ailleurs l’inquiétude de Jamie Carragher, une année où Everton était menacé de relégation  en fin de saison, interrogeant le banc d’un « Are we safe ?".

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...